Les gauchers contrariés

21

Main-interdit-130Les gauchers contrariés
1re Partie
Introduction

Aujourd’hui, il est de bon ton de dire que les gauchers ne sont plus contrariés… à condition d’oublier les pays d’Asie, d’Afrique, et bien d’autres, où les pressions culturelles et religieuses sont telles que les gauchers n’ont pas d’autres alternatives que la soumission. Lire : 1 milliard de gauchers dans le monde
Donc, en France on ne contrarie plus les gauchers et le débat est clos ! Pas si simple, même dans les pays où la tolérance est de mise. La pression n’est plus culturelle ou religieuse, elle est « environnementale ». En effet, confronté à un environnement logiquement formaté pour les droitiers, le gaucher sera toujours plus ou moins contrarié.
Dans ce contexte, certains éducateurs ou parents mal informés, cèdent encore à la tentation de facilité qui consiste à préconiser l’adaptation et donc l’usage de la main droite. Pour les mêmes raisons certains enfants gauchers vont s’auto-contrarier.
Faut-il donc remettre en cause la notion de « gaucher contrarié » ou ce qui le définit ? Non car elles permettent de confirmer que le gaucher qui écrit de la main droite n’est pas pour autant devenu droitier !

Définition
Un gaucher contrarié reste un gaucher !
On appelle gaucher contrarié, celui qui de façon naturelle, voulait écrire de la main gauche et que l’on a obligé ou incité à écrire de la main droite, obligation qui peut aussi être accompagnée d’autres interdits.
Comme c’est l’expression graphique qui par principe caractérise les gauchers, la notion de contrariété s’applique surtout à la main utilisée pour écrire.
Certains se disent ou pensent être ambidextre, mais le terme est inapproprié car ils ne peuvent se prévaloir de faire la même chose de la main droite ou de la main gauche avec la même facilité.

Situation
Aujourd’hui qu’elle est la situation en France ?
Pour éviter de regrettables confusions il faut savoir de qui on parle exactement. Notre propos, ici, est donc consacré aux « gauchers contrariés » tel que nous venons de les définir.
Bien sûr nous vivons une époque où les gauchers sont mieux acceptés, et la statistique sur le nombre de gauchers contrariés évolue à la baisse. Mais si les méthodes pour contraindre ont pu changer, elles existent encore avec les mêmes conséquences.
Donc, dans les trois autres parties vous trouverez quelques éléments pour alimenter votre réflexion sur ce sujet toujours d’actualité. Ce sera aussi le thème principal de la « Fête Nationale des Gauchers 2013 » car nous ne prétendrons pas avoir fait ici une étude complète sur « les gauchers contrariés » et qu’il est souhaitable d’élargir le débat. Nous espérons seulement que ces informations vous amènerons à une meilleure compréhension du sujet ou mieux que cela vous incitera à aller plus loin dans l’investigation.

Alain Galobardès

2e Partie // 3e Partie // 4e Partie

Partager

21 commentaires

  1. Bonjour
    Je suis né en 1968 et gaucher avéré j’ai été contraint d’utiliser ma main droite jusqu’au CP. Bien qu’adapté à ce monde de droitiers j’en garde des traces et complètement envahi de TOC (troubles obsessionnels compulsifs) et dans mon emploi je dois me servir d’outils réservés qu’aux droitiers (et décline toute responsabilité en cas de bugs !) et bien même postier j’ai un bagage d’ingénieur en poche… On peut quand même s’en sortir mais cela fait râler parfois.

  2. J’ai vraiment découvert que j’étais gauchère il y a peu en atelier danse biodynamique ou apprendre des mouvements en commençant par la droite c’était ps évident et tellement plus simple du côté gauche
    Je m’etais déjà aperçue que je percevais au qi qong beaucoup plus ce côté gauche
    J’ai bataillé toute ma vie Avé l’écriture et l’expression sauf avec l’ordinateur qui me permet de clarifier ce que je veux écrire
    Ce matin je me suis mise à écrire de la main gauche et c’était agréable et les lettres étaient belles…
    C’est émouvant pour moi de comprendre toutes ces contraintes et tensions accumulées à l’école, à la maison, j’étais distraite et maladroite….
    Bref

  3. Né en 1989 et pourtant mon institutrice de CE1 a interdit à tous les gauchers, dont moi, d’utiliser leur main instinctive… ayant des problèmes de santé, j’en paye aujourd’hui les pots cassés, mon côté gauche étant directeur chez moi, j’enchaîne les maladresses en utilisant le côté droit avec lequel j’ai fait mon apprentissage mais qui à 33 ans n’est toujours pas logique. Je travaille à essayer de redonner le pouvoir à ma main gauche qui bien que très précise, n’est pas assez utilisé et se trouve en état de fébrilité, ce n’est pas évident après tout ce temps

  4. Né en 1949 , gaucher , j’ai aussi été contraint en classe maternelle d’écrire de la main droite , alors que je dessinais et me servais de la main gauche pour toutes les autres activités.
    Le résultat est la faculté que j’en ai développé , à savoir écrire « à l’envers » de la main gauche .
    Je suis encore à l’heure actuelle capable d’écrire très aisément et de manière automatique de la main gauche , mais « de droite à gauche » . C’est l’écriture « en miroir ».
    On peut me déchiffrer par transparence ou en présentant mon manuscrit devant un miroir.
    J’ai pu constater aussi que cette particularité est d’ordre psychomoteur , dès lors que l’écriture m’est aisée, la lecture par après aussi difficile que pour un non initié.
    J’ai remarqué aussi que la forme de l’écriture n’est pas la même , comme s’il existait deux personnalités diraient peut -être les graphologues .
    Très habile de la main gauche , car resté gaucher pour tout en dehors de l’écriture, je n’en éprouve pas de handicap, mais au contraire une faculté supérieure d’aborder les problèmes techniques et les représentations dans l’espace .
    Je n’en ai jamais parlé à qui serait sensé m’apporter un éclairage car je n’en ai pas trouvé (ni cherché) tout au long de ma route.

  5. Je suis né en 1951 et je suis arrivé en CP en 1956 dans une école publique. L’institutrice, consultée par ma mère, lui a dit qu’il était interdit de contrarier un gaucher. EDUCATION NATIONALE 1956 !!!

  6. leduc catherine on

    Née en 1955 gauchère jamais contrariée. Quand j’étais institutrice , J’ai souvent bataillé avec des collègues droitiers qui inventaient des problèmes aux gauchers comme certains parents ou qui imputaient certains de leurs problèmes au fait qu’ils soient gauchers .Gauchers, on est fait pour se servir de la main gauche et si on nous laisse développer nos capacités gauchères nous n’avons aucune raison d’avoir plus de problèmes qu’un droitier qu’on laisse développer ses capacités droitières, voir moins car on aura appris à s’adapter aux outils faits pour les droitiers. Un exemple : Je n’ai jamais eu de problème avec les seuls ciseaux qui existaient dans le passé et suis incapable de découper avec des ciseaux pour gaucher, Inventés sans doute par des droitiers face à des gauchers maladroits ! En cherchant on en trouve… forcément…

  7. Né en 1993, gaucher de naissance également. Obligé également de devenir droitier parce que ma main gauche qualifiée de « main du diable » ( pourtant la main du cœur en vérité ), scolarisé à l’école publique (grosse erreur de la part des parents) comme quoi cette pratique n’est pas révolue depuis longtemps ( le fait de forcer quelqu’un à devenir droitier ). Aujourd’hui en pleine reconversion à redevenir gaucher.

  8. Je suis née en 1965 et à l’époque c’était mal vu être gaucher, donc on m’obligeait de faire tout avec la main droite. J’ai appris à écrire et à manger avec la main droite parce qu’il fallait, mais pour tout le reste j’utilise ma main gauche, mon œil gauche quand il faut regarder avec un œil et la jambe gauche. Même si j’ai l’habitude de manger avec la main droite ça me fait un plaisir fou de changer parfois et manger avec la main gauche !

  9. Bonjour
    Nous sommes né en 1958, mon père était militaire et il était très sévère, à l’âge de 6 ans mon père a sorti la ceinture pour nous obliger à écrire avec la main droite sauve que mon frère jumeau était tellement braillard que lui a pu resté gaucher. Moi par contre j’ai dû changer et me retrouver droitier.
    Cela m’a causé de gros problèmes car ils venaient de changer mon cerveau de gaucher et m’ont obligé à être droitier.
    En effet, j’avais beaucoup la difficulté à apprendre, J’avais de très mauvaise notes parce que je ne comprenais pas les matières et j’avais de problèmes de mémoire. Mes parents m’ont amener voir de psychologues et celui-ci ils disaient que j’étais un enfant hyperactif et j’étais obligé de prendre des médicaments. Dans le fond je n’étais pas hyperactif j’étais tout simplement gaucher et je me suis résigné à rester droitier. Je me suis forcé à étudier et je suis devenu pilote.
    Il y a 10 ans j’ai trouvé un article au journal qui parlait des gauchers contrarié et depuis cet instant j’ai repris ce que mon père m’avait enlevé c’est à dire avoir un vie normale gaucher. J’ai commencé à écrire avec la main gauche et j’ai commencé à mieux comprendre, ma mémoire c’est amélioré, je me sens mieux, je me sens moi c’est à dire gaucher de naissance.
    Merci

  10. Né en 1960, je suis aussi gaucher contrarié. J’ai commencé l’école primaire avec des soeurs. J’étais plutôt très bon élève, et a l’époque on nous plaçait en fonction de notre classement. J’étais donc au 1er rang. Très vite la maîtresse a fait une fixation sur ma main gauche, je prenais systématiquement des coups de règle si je l’utilisais. Elle m’invectivait en hurlant !-« la main du diable ». J’ai donc décidé d’avoir des mauvaises notes et cessé de travailler. Je me suis retrouvé au dernier rang,où l’on m’a complètement oublié. Cela m’a poursuivi pendant toute ma scolarité. J’ai malgré tout un peu rattrapé les choses ensuite, passé mon bac à 35 ans et repris mes études.

  11. Bonjour,
    Juste ce petit message pour vous dire ce que je ne peux pas exprimer, tellement cette obligation a été et l’est toujours une torture et des choses indéfinissable. Contrarier quelqu’un c’est le tuer pour le restant de ses jours.

  12. turin jean louis on

    je suis né en 1947 et je suis un gaucher contrarié et je suis devenue maladroit je fais tous a l’envers il mon flinguer ma vie je bégayer et toute ma vie j’ai passé pour un imbécile et pourtant les teste que j’ai fais je suis très intelligent et cette intelligence je n’ai jamais pu l’utiliser

  13. Bonjour, je suis née en 1985 dans une famille musulmane. Ma mère m obligeait à tout faire de la main droite. A l école le professeur ne me laissait écrire de la gauche. Aujourd’hui bizarrement je suis droitière pour tout sauf à l écrit… étrange…

  14. Moi aussi je suis gaucher et je suis né en 1988, quand j’étais en primaire ça allait mais en 6eme il y avait des profs qui toléraient et d’autres non du coup je devais m’entraîner c’était chiant il y a des cours ou tu peux écrire de la gauche et de la droite.Une fois j’en avait marre et j’ai écris de ma main gauche et mon prof de musique m’a mis 2h de colle.Mais maintenant j’écris de la gauche.

  15. Bonjour, je suis aussi une gauchère contrariée. Je suis née en 1960 et en 1965 quand je suis rentrée à l’école je me souviens de la maîtresse quand elle me demandait de mettre mon crayon dans la main droite. C’est très clair dans ma tête. Pour moi le naturel était d’écrire de la main gauche. Mais j’ai appris à écrire de la main droite. Mais tout le reste j’ai continué à le faire de la main gauche. C’est ça qui est bizarre. On vous force à écrire avec la main droite et pour le reste on laisse faire. Ça ne m’a pas spécialement perturbée. Je me sens plus gauchère que droitière. Je ne fait qu’écrire de la main droite. Je coupe de la main gauche , je mange de la main gauche, je tape même dans le ballon du pied gauche. Et il y a des choses que je fais des deux mains. Par exemple me mettre du ricil, une main pour chaque œil. Le seul petit point négatif c’est que quand on me dit par exemple en voiture d’aller à droite ou à gauche, ça ne vient pas naturellement, souvent je dois réfléchir avec quelle main j’écris pour aller à droite ou l’inverse

  16. Bonjour, je suis né en 1993. Depuis l’adolescence, je me suis rendu compte tout seul que j’étais un gaucher contrarier. Je n’ai pas de vrais personnalité, je peux tout faire mais meilleurs sur aucune domaine. Étonnamment, j’étais meilleur aux études.
    Mais je me sens mal alaise dans ma peau. Jamais dans ma vie, je peux me sentir à fond de ce que je fais. Avec mon manque de personnalité, j’ai du mal à interagir avec les autres. J’ai essayé d’écrire avec la main pendant plus de 10 ans, j’y arrivais plus.
    Je cherche encore de solution pour me sentir mieux.

  17. J’ai 68 ans, j’étais gaucher, à l’école en Suisse ils m’ont obligé de devenir droitier, je ne fais plus rien de la main gauche et je ne sais pas me servir de ciseaux, l’obligation de devenir droitier à été traumatisante, gifles, punitions corporelles (corde autour du cou et main gauche lié, plus je tirais plus le nœud se serrais).

  18. Je suis aussi un gaucher contrarie
    Mais le plus troublant c’est de ne plus savoir qu elle mains utiliser dans certaine situation
    Pour écrire je ne prend que la gauche ainsi que pour prendre quelque chose.
    Au foot par contre je suis droitier.
    mais pour visser ou planter un clou ou autre… bien souvent je m y reprend a 2 fois je commence de la main gauche pour finir de la droite ou vice versa c’est assez troublant.
    Je suis né en 1983

  19. Bonjour….je m appelle Chloé et j ai 14 ans, née le 24 décembre 2005 je suis la preuve que cela a continuer ,ils m ont obliger à être droitière donc pendant mon enfance j ai etais suivie par un psychologue, j ai eu aussi une double hémisphère gauche car j ai mis mon hémisphère droite en gauche mentalement ,je lisais de droite a gauche et mélanger les syllabes, j ai etait classée comme surdouée malgré mon handicap ,et des fois je me sens seule…comme si j etais la seule a avoir subie ça

  20. PROVOST Dominique on

    Je me reconnais parfaitement dans le témoignage d’Isabelle Touny, moi aussi j’ai été contrariée et je vis celà comme un traumatisme toujours très présent. Je ne me suis jamais sentie normale et dans la vie je ne suis pas sûre de moi, celà est devenu insupportable parce que moi aussi j’étais considérée comme la paresseuse de la classe et de la famille, j’étais donc mise de coté par mes camarades.A l’heure actuelle encore, ma Maman considère qu’à l’époque j’étais paresseuse, elle refuse toujours de comprendre que j’ai vécu un traumatisme important qui m’a empêché de m’épanouir dans la vie.
    J’avais bien entendu des problèmes d’apprentissage de la lecture (avant mon traumatisme, je maitrisais la lecture), je me rappelle parfaitement d’une institutrice qui m’arrachait les cheveux par poignées pour me contraindre à lire plus vite, comment une institutrice digne de ce nom peut elle faire subir celà à une enfant de 7 ans ? Quelle honte pour le monde de l’enseignement !!!

  21. Je suis gaucher contrarié et je suis né en 1966. J’aimerai avant tout pendre haut et cours les institutrices de mon enfance qui imposé religieusement l’obligation d’écrire avec la main droite. Malgré un problème d’orientation sévère, je suis très habile de mes mains et je suis très gaucher. Et il faut être fier d’être gaucher contrairement à ce que dit Michel POLGE dans sa conclusion, c’est une question de « volonté ». Je suis aussi guitariste, je joue comme un droitier enfin il paraît, le manche de ma guitare est à gauche quand je joue, la main qui écrit la musique sur le manche c’est la main gauche pendant que la main droite ballais juste les cordes…. Cherchez l’erreur et je joue depuis plus de 40 ans. Aujourd’hui j’écris à droite comme à gauche mais tout ce qui est du domaine de l’art (dessiner, peindre, utiliser les outils de bijoutier, de menuisier, de luthier c’est la main gauche qui règne en maître. Il n’y a aucun problème à être gaucher sauf pour ces religieux(les 3) qui voit la main gauche comme la main du diable mais l’enfer comme le diable n’existe que pour les faibles d’esprit, ceux qui vivent par procuration…. Moi je suis libre et gaucher.

Laisser un commentaire