Les droitiers contrariés ???

7

Les droitiers contrariés. D’après notre enquête, des cas de « droitiers contrariés » ont bien été remarqués. Le pourcentage peut paraître dérisoire : 0.5 à 1 % de la population, mais 300.000 à 600.000 gauchers seraient des droitiers écrivant de la main gauche.

Mais comment peut-on être droitier et se retrouver gaucher ? Nous avons demandé au Docteur Michel Galobardès de nous éclairer sur ce point : Alors qu’il vivent dans un monde droitier certains individus se latéralisent à gauche bien que nés parfaitement droitiers.

Les mécanismes possibles
1) l’erreur de diagnostic :
– a) l’enfant droitier est étiqueté gaucher par erreur. Durant la période naturelle d’ambidextrie de l’enfant, bien que sa latéralité en devenir soit déjà programmée, l’enfant peut se faire passer pour gaucher aux yeux d’un observateur mal informé, mal formé et pas assez rigoureux sur l’interprétation des signes et des tests de latéralité prévalente.
– b) En outre, les latéralités croisées, peu et mal connues, peuvent expliquer de telles erreurs. Par exemple l’enfant tape dans un ballon du pied gauche, alors qu’il est droitier de la main et il se voit catalogué parmi les gauchers.
– c) L’injonction actuelle qui tend à ne plus contrarier les gauchers incite à de telles erreurs. De crainte de contrarier un enfant supposé gaucher on oriente à main gauche des droitiers hésitant dans leur expression gestuelle.

2) La pression environnementale :
Essentiellement familiale : né droitier dans une famille de gauchers l’enfant tendra spontanément à imiter ses parents, ses frères ou ses sœurs. Il sera admis gaucher car dans un tel contexte familial on se méfiera moins de cette erreur d’aiguillage.

3) La pression personnelle :
L’enfant peut s’auto-contrarier. C’est un cas un peu différent du précédent. L’enfant, voire l’adolescent, se force à être gaucher, bien que se sachant ou se sentant droitier. On parle d’opposition systématisée à un environnement réprouvé auquel on ne veut pas être assimilé.
Enfin, vouloir devenir gaucher (exemple un escrimeur droitier afin d’être plus performant au fleuret), peut exposer à une déconvenue, car on ne sera pas pour autant « cérébralement » équipé comme un gaucher, aussi méritoire que soit cette stratégie il sera presque impossible d’en tirer des bénéfices. Il faut toujours respecter la Nature et sa nature. D’où l’intérêt de les connaître d’abord.
Étant donné les risques, désormais solidement, établis de toute contrariété d’une dominance hémicorporelle, enseignants, parents, médecins et tout formateur, sans oublier les professeurs de sport, (tennis, judo, escrime, badminton etc.) doivent être documentés sur les tests et signes permettant de reconnaître une latéralisation en cours, même et surtout chez un tout jeune enfant. La prévention de réels problèmes, encore trop méconnus ou sous-estimés est en jeu et avec elle l’avenir de plusieurs centaines de milliers d’enfants concernés.

Dr Galobardès

Certains « gauchers » se servent donc de leur main gauche uniquement pour écrire et de la main droite pour toutes les autres activités. Nous soupçonnons ceux-ci d’être en fait des droitiers contrariés ! Ils ne connaissent pas les problèmes liés au sens de la rotation inversée « innée » chez les gauchers et évidemment leur faculté d’adaptation au « monde droitier » est remarquable.
Ne pas confondre avec les « SuperGauchers » qui sont des gauchers doués d’une faculté d’adaptation hors du commun et les ambidextres… Mais ceci est une autre histoire.

lesGauchers

Partager

7 commentaires

  1. Moi je suis une droitière contrariée, j’écris de la main gauche je dessine de la main gauche. Tout ce qui est avec un stylo c’est la main gauche. Mais par contre pour serrer la main, mettre ma montre, prendre la souris de l’ordinateur, taper au ballon, les habitudes de tout les jours c’est à droite. C’est assez bizarre, ça fait depuis cette année seulement que je le sais.

  2. @Laurent

    La question de la manipulation des armes à feux et de l’oeil dominant est intéressante… D’ailleurs, c’est ce qui m’a fait découvrir que j’étais gauchère. Avant de travailler dans l’armée, je disais souvent aux gens que j’étais « ambidextre ». Pour certains papiers, le fait d’avoir à cocher « droitier » ou « gaucher » me laissait perplexe. Au pire , je cochais « droitier » car telle était pour moi la norme (enfin, ma norme).
    Dans l’armée, il a fallu que je choisisse… J’ai toujours su que mon oeil directeur était le gauche (suite à un accident quand j’étais en Maternelle, je pense). Donc, il a fallu que j’apprenne à manipuler mes armes comme un gaucher. Au début, je disais que j’étais droitière. Mais je manquais toujours mes cibles et le montage, démontage et l’entretien des armes m’était trés difficiles. J’étais la maladroite de la compagnie. Puis un jours, un sergent m’a donné l’idée de faire toutes les manipulations en gaucher. Magique ! Les choses étaient plus faciles. Avec l’entrainement, je suis devenue l’un des meilleurs tireurs de ma compagnie… Mais je n’en ai toujours pas tiré la leçon.
    Les fois d’aprés, on a eu des cours pour apprendre les différents noeuds marins (j’étais dans la Marine Nationale). Et encore une fois, je suis allé avec les droitiers. Et encore une fois, je n’arrivais à rien… Puis plus tard, une des filles (gauchères) me montre ce qu’elle a appris du cours. Et là, j’ai su me débrouiller.
    Depuis, je cochais dans mes cahiers d’aptitude au tir et aux travaux manuels la case « gaucher ». Mais à ce moment-là, j’avais pas mal de problèmes concernant l’utilisation de mes mains, le positionnement de mon corps dans l’espace, le repérage. Je compensais (et le fais toujours, quoique un peu moins, aprés plusieurs mois d’efforts) mes difficultés en faisant les choses de manière « peu conventionnelles ». D’ailleurs, peu de temps avant ma démission pour inaptitude à servir (deux ans plus tard), j’avais été considérée comme « dyspraxique ».

    De toute manière, c’est aprés cette expérience dans l’armée que je me suis décidée à travailler sur les « praxies », sur cette latéralité qui me posait tant de problèmes. Pour écrire, j’ai finalement choisi la main gauche. A part écrire, la plupart de mes gestes se faisaient de la main gauche (excepté la cuisine). Puis l’année dernière, j’ai décidé d’apprendre à tricoter, crocheter et coudre comme les gauchers (ma mère, droitière, a essayé de m’apprendre étant plus jeune, sans succès), et ça a marché.

    Mais encore une fois, Laurent, je pense que si on laissait les gens faire à leur manière, sans trop se prendre la tête, il y aurait moins d’erreur d’aiguillage. Quelle que soit la main, le pied, l’oreille dominante, laissons les choses telles qu’elles sont, du moment que ça ne constitue pas un obstacle à la réalisation des tâches quotidiennes ou à l’apprentissage. Aussi, pour le « body language », je pense qu’il faut être spontané. Faites les gestes devant un miroir et voyez si vous vous sentez à l’aise. Enfin, c’est mon avis…

  3. Bonjour à tous,

    Je cherche à savoir si je suis gaucher au droitier car je me forme sur le body language et j’ai besoin d’avoir cette information pour mieux comprendre ma gestuelle.
    Voici mon cas (assez similaire à celui d’Hélène) :
    J’écris de la main gauche et mon oeil directeur est le gauche (donc lorsque je cligne de l’oeil, c’est le droit qui se ferme, impossible de faire l’inverse). Je tiens mon téléphone uniquement à l’oreille gauche et je tiens ma cigarette avec la main gauche…je crois que c’est tout ! Tout le reste je le fais du coté droit.
    De ce fait il m’est quasi impossible de tirer avec une arme à feu car je n’ai aucune force dans le bras gauche (celui avec lequel je devrais tenir l’arme puisque mon oeil directeur est le gauche) et si je tiens l’arme de la main droite, ce qui me parait naturel, impossible de mettre une balle dans la cible (cela dit, n’étant vraiment pas un fan des armes je n’ai essayé qu’une seule fois dans un stand de tir. Je me suis également essayé à la carabine couchée, même constat).

    Voila, si vous êtes dans le même cas et avez fait quelques recherches pour savoir si l’on doit-être assimilé à des gauchers ou des droitiers (encore une fois, je m’intéresse à des sujets comme la PNL, le body language…), je suis preneur de toute information.

    D’avance merci.

  4. Bjr à tous,
    Je suis droitier pur et dur. Sauf que j’ai développé une meilleur aisance du pied gauche suite a des ongles incarnés, très jeune. N’ayant pas assez d’argent pour m’acheter une bonne paire de crampon, j’avais trop mal lors d’un shoot ou d’un saut en longueur. J’utilisais mon pied gauche au foot et en sen longueur. Depuis je suis plus habile du pied gauche et j’ai plus de pression pour un tir. Au saut en longueur je peux utiliser les deux jambes d’appel. Mais à moto ou à vélo c’est bien le pied droit qui se pose au sol. Je me considère droitier et gaucher par défaut.

  5. je narrive pas a comprendre mon conteste ni comment ca arrive….. moi je suis gaucher du pied et droitier de la main

  6. Comment être certain d’être gaucher ou droitier?
    Je m’explique: je suis gauchère, du moins pour l’écriture.
    Dans la vie quotidienne j’utilise vraiment les deux mains, je tiens mon jeu de cartes dans la main gauche, je distribue comme une droitière. Je suis droitière concernant les jeux de raquettes (tennis, badminton, tennis de table..). Pour le bowling, j’ai instinctivement commencé avec la main gauche, j’ai toujours été nulle, jusqu’au jour où ma mère m’a dit d’essayer avec la main droite et j’ai enfin réussi à avoir des scores convenables.
    En revanche, prendre un objet, utiliser mon portable, me maquiller.. tout ça je le fais avec la main gauche. Alors que pour le vernis, quand je le mets sur quelqu’un d’autre je suis plus à l’aise avec la main droite. Pour manger, j’utilise ma main gauche (pour la fourchette) et ma main droite pour couper. Je suis aussi incapable d’utiliser des ciseaux pour gaucher!
    Comment on reconnait sa main dominante? Est-ce qu’on est forcement droitier ou gaucher ? Serais-je ambidextre?

  7. moreira ana cristina on

    Je suis droitière contrariée suite à une infection qui s’est logée dans mon cerveau dans la petite enfance. Je peins, je dessine, je decoupe, j’écris de la main gauche. J’écris en miroir, retourné, ma feuille est orientée à la verticale pour un sens d’écriture qui va de bas en haut, le poignet au dessus du stylo… Je fais tout le reste de la main droite. Ça existe des gauchers mélangés aléatoires ?!!!!

Laisser un commentaire