Les gauchers qui s’ignorent

1

Révélation d’une latéralité : J’ai changé de main à 23 ans !
L’histoire de M.Thorn date des années 50, mais elle rejoint ce que nous écrivions en juin 2005. Nous préconisions alors un retour à l’usage de la main gauche à ceux qui en avaient été éloignés.

bolechetteM. Thorn :

Je n’ai subi aucun des dommages habituels résultant de méthodes telles qu’attachement de la main gauche dans le dos pour me forcer à écrire de la droite et autres « redressements ».

Si j’ai utilisé ma main droite UNIQUEMENT depuis ma prime jeunesse je l’ai sans doute fait librement et inconsciemment pour ne pas être seul de mon espèce, à supposer que j’aie réalisé à un âge très tendre (2 ou 3 ans) que ma main gauche fut la bonne.

Malgré une scolarité normale j’ai du abandonner mes études (pour finir bien plus tard par être ingénieur et traducteur technique) parce que certaines difficultés étaient apparues dans ma vie : céphalées, brûlures d’estomac, fatigue, mal de dos, étourderie, ainsi qu’une timidité épouvantable qui me rendait pratiquement muet en public.

J’avais perdu l’espoir d’un changement dans ma vie mais par le plus grand hasard j’ai lu un article super banal à propos des enfants gauchers dans un journal féminin et ceci, ajouté au fait que mon œil gauche était nettement le meilleur des deux, m’a fait soupçonner sans rien connaître de plus spécifique à la gaucherie que je pouvais avoir été gaucher « de naissance », bien qu’à l’école et dans ma famille ce phénomène fut inconnu. Dans l’état de besoin où j’étais, j’aurais essayé n’importe quoi.

Donc ayant supposé qu’il avait pu m’arriver d’être gaucher de naissance,

j’ai changé de main à 23 ans ! Je n’y croyais pas au début, mais j’ai essayé.

Après 3 mois d’efforts manuels : taper, tourner, lancer, fendre, percer et manger, etc. tout a changé, y compris la couleur de ma voix et ma capacité de parler. Je suis même devenu trop bavard. Surtout, plus aucune timidité et une grande concentration. Évidemment, les maux de tête et les ulcères d’estomac en formation sont disparus à jamais.

Il m’a semblé alors nécessaire d’écrire aussi de la main gauche et de décider de m’y tenir car une conduite d’ambidextre véritable (deux mains directrices se remplaçant à tour de rôle suivant son humeur) rend indécis et trop conscient de ses mouvements. Ce que je fais depuis.

Je ne suis jamais parvenu à retourner en arrière (utilisation de la main droite) plus de trois jours sans me sentir trop « serré ». Il est à noter à ce propos que les pratiques manuelles s’inscrivent dans le cerveau et redeviennent vivantes, dès qu’on le veut, toute la vie, sans jamais être oubliées, ce qui élimine des craintes infondées.

Quand beaucoup plus tard j’ai voulu écrire sur la latéralité pour parler de cette « conversion » et de cette expérience unique, je n’ai rien lu à ce propos pour ne pas souffrir de théories puissantes trop intellectuelles et ne pas être influencé, et pour pouvoir librement exposer telles quelles mes idées sur la latéralité, résultant de la pratique et de réflexions.

Ce n’est que récemment pour faire un avant-propos dans un ouvrage sur ce sujet que j’ai pu découvrir l’énorme travail sur la latéralité qui s’est fait à partir des sciences humaines et de l’expérimentation, notamment sur la base de la neuro-anatomie, de la biologie et de la chimie.

Ces études poussées sont cependant extérieures. C’est pourquoi je parle ici brièvement de mon expérience personnelle qui est intérieure.

Le but recherché dans un exposé est d’expliquer simplement un aspect de notre nature en espérant que ces considérations puissent initier une réflexion utile et une meilleure compréhension de l’humanité car bien des choses restent mystérieuses à son propos.

La gaucherie comme la droiterie (et non la dextérité car celle-ci n’appartient pas exclusivement à ceux qui utilisent la main droite) sont des phénomènes de latéralité typiquement humains.

Tout le monde doit agir avec la main principale naturelle ; sinon des conséquences négatives sur la santé, la sexualité, l’affectivité et la façon de penser en résultent.

Il n’y aurait aucun problème dans une société éclairée s’il n’y avait un certain nombre de gauchers « ignorés » qui s’ajoutent à ceux détectés et déclarés. La proportion de 13% de gauchers basée sur le nombre de gauchers complets ne tient pas compte des autres. Les droitiers de naissance ne sont sans doute pas plus de 60%.

Si vous voulez comprendre ce qu’est la latéralité allez sur mon blog et vous pourrez lire mon livre : Main droite main gauche quelle importance ?

Bon courage

Michel THORN

Témoignage sur le bénéfice d’une latéralité recouvrée :

Bonjour,
Grâce à votre site, notamment l’article « j’ai changé de main à 23 ans », je vis une deuxième naissance, je vous remercie sincèrement, je vivais dans la même souffrance que ressentais cette personne.

La nourrisse qui m’a gardé étant enfant un peu avant l’école primaire vers 4/5 ans, avait remarqué ma gaucherie, elle m’avait fait un test, elle avait remarqué que j’utilisais l’index gauche pour compte sur ma droite, à l’époque moi je ne me souciait pas de ça, et m’avait dit que la main gauche était celle du diable, elle étant très pratiquante (je me rappelle des prières avant les repas).

Ces souvenirs sont très vieux et sont comme remonté de loin pour certains, je me souviens à l’époque avoir mené l’enquête auprès de mes parents pour savoir si eux étaient gauchers, ce qui n’était pas le cas. Je me retrouvais le seul gaucher de la famille. Jusqu’au jour ou pendant un repas en famille ou l’on mangeait une fondue avec des piques je me suis blessé la main droite en voulant piquer dans mon assiette j’ai déraper et enfourcher celui-ci dans ma paume, rien de grave mais assez traumatisant. J’en ai conclu que ma main forte avait blessé ma main faible donc je ne pourrais jamais contrôler celle-ci, ce qui était logique vu que c’était la main mauvaise, j’ai décidé alors de ne plus l’utiliser. Je me souviens encore de la tristesse ressenti à ce moment la, je n’ai jamais oublié ce moment! J’ai toujours deux petits points rouge immuable du pique entre l’index et le pouce. 26 ans plus tard je me décide a faire des tests, j’ai par exemple toujours été plus a l’aise pour apprendre des mouvements à la danse de la main gauche. Jusqu’au jour ou voulant éteindre une boulette de papier s’enflammant dans le cendrier je me brule l’index gauche, je me suis rendu compte qu’instinctivement, le cendrier a égale distance des mes deux mains, j’avais utiliser l’index gauche.

Grâce à vos test et différente recherche je découvre que je ne suis pas droitier, évidemment j’avais oublié tout ça entre temps mes seuls souvenir était que je ne voulais pas être gaucher! Au cour préparatoire j’ai le souvenir clair que la maitresse nous a demandé d’utiliser notre main préféré et à ce moment de prendre avec une grande anxiété mon stylo de la main droite afin de dissiper tous les doutes sur une éventuelle gaucherie. C’était certain, je ne serais pas gaucher et moi même je regardais les gauchers d’un mauvais oeil et me suis persuadé que j’étais droitier comme tout le monde bien que j’ai eu beaucoup de mal pour apprendre à écrire au début.

Merci pour tout aujourd’hui je suis heureux j’utilise ma main gauche quotidiennement, l’apprentissage de l’écriture s’est fait rapidement je m’entraine quotidiennement à mon rythme depuis 6 mois fini les douleurs au poignet, mon écriture est plus fine aussi, l’écriture miroir est elle instinctive depuis le départ. Je me suis amélioré dans tous les domaines, concentration, confiance en moi, je ne suis plus dans la contrariété pour un oui ou pour un non! Je n’ai plus de douleurs paralysante à l’estomac qui m’ont littéralement pourrie la vie. Simplement, je suis ENFIN sur le bon chemin. J’utilisais pour jouer au ballon le pied gauche, mon œil gauche à toujours été clairement meilleur, je suis latéralisé et heureux d’être enfin en harmonie avec tout le coté gauche.

Vous m’avez été d’une très grande aide, pour ça merci !
Clément

lesGauchers

Partager

Un commentaire

  1. Votre témoignage est d’un grand réconfort. J’ai 30 ans et je ré-apprend la gaucherie. Je n’ai pas plus que vous le souvenir d’avoir été contrainte à utiliser ma main droite mais bien d’avoir été bègue très longtemps (jusqu’à maintenant dans une moindre mesure). C’est accidentellement au cours d’une méditation que j’ai réalisé que j’utilisais ma mauvaise main.
    Un tout grand merci.

Laisser un commentaire