Apprendre à écrire…

10

Apprendre à écrire à un élève gaucher

position-des-doigts

Extrait du Bulletin Officiel de l’Éducation Nationale (n°1 du 14 févier 2002)
[…]Qu’il soit droitier ou gaucher,l’enfant doit apprendre à tenir ses instruments sans crisper la main (en utilisant la pince du pouce et de l’index et le support du majeur), à disposer la surface qu’il utilise dans le prolongement de l’avant-bras (correctement placé) tout en adoptant une posture adéquate.[…]
On n’imagine pas à quel point ces quelques recommandations sont importantes.
En effet, l’application de celles-ci, permet à l’élève gaucher d’apprendre à écrire sans autres difficultés que celles propres à tout apprenant qu’il soit gaucher ou droitier et sans éprouver la nécessité de tourner le poignet pour passer au-dessus de la ligne d’écriture.

Leur main se situant sous la ligne d’écriture, les gauchers ainsi formés auront les mêmes avantages que leurs camarades199-B droitiers. Ils pourront par exemple écrire avec un stylo plume sans passer sur la ligne écrite avec les inconvénients que l’on connaît, mais surtout ils éviteront les torsions vertébrales et autres désagréments physiques qui accompagnent l’écriture faite avec le poignet tourné ou toutes positions corporelles inadaptées.
Attention ! Le poignet ne tourne pas d’une manière brutale, mais au fil des années et en fonction des difficultés rencontrées. Il faut donc être attentif au positionnement de la main de l’enfant tout le long de son apprentissage, mieux vaut prévenir que guérir.
Lire aussi : L’écriture thème principal …
Pour vous aider nous avons créé un sous-main. Il permet de visualiser aisément la meilleure façon d’écrire pour éviter de passer sur la ligne d’écriture : sans flexion du poignet et sans torsions dorsales. Il est accompagné d’une « fiche technique » qui rappelle quelques principes de bases :
Le cahier ou la feuille sera décalé vers la gauche (décrispation du membre et mise en jeu de l’œil directeur) et penché vers la droite, la feuille étant dans le prolongement de l’avant-bras qui écrit. La main libre maintient le cahier ou la feuille de papier en place. Le crayon ou le stylo doit être pincé entre le pouce et l’index et reposer sur le majeur ! C’est la seule prise en main qui permet d’exécuter un mouvement d’écriture souple, fluide, avec très peu d’effort.sous-main-blanc ter 350

Pour voir le sous main cliquez : ici

lesGauchers

Partager

10 commentaires

  1. Je suis d’accord avec Christophe G : la position en col de cygne du poignet permet de tirer le crayon au lieu de le pousser, ce qui permet d’écrire bien plus confortablement. De plus, il est parfaitement possible d’écrire avec la main au dessus de la ligne d’écriture sans pour autant être dans une position inconfortable ou qui casse le poignet : il suffit de déplacer l’endroit où l’on pose son avant bras.
    J’ai régulièrement essayé de réapprendre à tenir ‘correctement’ un stylo. Au final, j’ai toujours eu plus de crampes avec la méthode normale plutôt qu’avec ma prise, certes peu conventionnelle (mon crayon est repose sur l’annulaire et est maintenu en place par le pouce et le majeur), mais que je trouve très confortable et avec laquelle je peux écrire pendant longtemps.
    Je suis aussi d’accord avec lui sur les cahiers à spirale : quand elle est placée sur le côté, peu importe, les droitiers comme les gauchers seront gênés à un moment ou à un autre. Quant aux blocs avec une spirale en haut, comme j’utilise en général des pages blanches ou justes lignées et sans marges, j’ai vite adopté la technique de le prendre à l’envers pour mettre la spirale en bas et c’est très confortable !
    Donc au final, je pense que je vais arrêter définitivement d’essayer de changer la façon dont je tiens mon crayon simplement parce que des gens me disent que je le tiens mal. J’ai une écriture qui est plutôt jolie et je peux prendre des notes à la main tout aussi longtemps que mes camarades droitiers quand je suis mes cours à la fac.
    Merci pour votre article, il m’a permis entre autre de consolider ce point de vue, même si je pense que ce n’était pas le but recherché !

  2. Sylvie Fournier on

    Parfaitement d’accord avec Christophe G., moi mes cahiers je les tenaient à l’envers, je les commençaient par la fin avec la marge à droite, un peu comme les b.d. Manga et cela à partir du secondaire. Je ne peut pas dire que ça plaisait aux profs mais j’avais de très bons résultats scolaire et très indépendante. Un conseil aux parents, vos enfants sauront se débrouiller pour trouver leur façon de faire . J’ai 55 ans d’expérience pertinente dans le domaine.

  3. Je ne suis pas gaucher mais mon frère l’est et plus jeune j’ai appris avec lui à écrire de la main gauche. Ça n’a pas l’air comme ça mais parfois c’est vraiment pratique.
    Ce qu’il faut retenir c’est qu’il n’y pas de méthode, chacun fini par trouver la sienne, le tout c’est de prendre la position avec laquelle on est le plus alaise et qui nous est le plus naturel. Ce qu’on peut déplorer en revanche c’est que l’on trouve encore assez peu de ligne d’écriture pour gaucher (fait par des gauchers) pour les enfants et vraiment adapter à la calligraphie des lettres.

  4. Rééducatrice en écriture, je suis d’accord avec ce qui est préconisé dans l’article publié ci-dessus sauf sur un point, la tenue de l’outil scripteur. Voir
    http://www.reapprendre-ecriture.fr/actualites/conseils-aux-parents
    (Droitier ou gaucher, c’est la prise tripode qui est conseillée)
    D’ailleurs, un fascicule des nouveaux programmes 2015 de la maternelle concernant le graphisme chez les gauchers le confirme :
    http://cache.media.eduscol.education.fr/file/Ecriture/43/3/Ress_c1_Ecriture_gauchers_456433.pdf

  5. Bonjour,

    Pour ma part qui suis gauchère, j’aurais bien aimé qu’on me guide sur la façon de tenir mon stylo. A force de tordre mon poignet, cela m’a causé des problèmes par la suite pour écrire vite et de façon lisible. Adulte, j’ai réappris seule à écrire n’en pouvant plus de cette dysgraphie et de l’inconfort et la gêne que cela me créait dans mes études et au travail.

    Je suis contente de voir que l’éducation nationale se préoccupe désormais davantage de l’apprentissage de l’écriture pour les gauchers. Et je pense qu’il vaut mieux corriger au plus tôt un enfant lorsque l’on voit qu’il tient mal son stylo, ce ne sera que lui rendre service pour plus tard.

  6. Merci Christophe G pour ces bons conseils.Ayant une fille de 3 ans gauchère,je suis inquiète quand je la vois faire ses premiers essais calligraphiques en commençant de la droite vers la gauche avec une aisance remarquable ! Je me demande comment faire pour l’initier a l’écriture dans le sens gauche droite…Peut être devrais je faire appel a un psychomotricien pour avoir des conseils pratiques.Merci pour ton expérience partagée.

  7. Au secours ! On drait des directives et une méthode pour gauchers conçues par des droitiers inapte à l’empathie !
    Certains droitiers arriveront-ils à comprendre que si l’on tord le poignet, ce n’est pas seulement pour éviter de repasser sur ce qu’on vient d’écrire, c’est aussi pour avoir une écrire qui, comme pour les droitiers, « tire » le trait au lieu de le pousser, avec donc un effort et une maîtrise plus importantes ? C’est la même histoire que l’avantage de la traction avant sur la propulsion pour les voitures.
    Et un gaucher ne se sentira jamais mieux qu’en penchant son cahier à gauche, ce qui lui permet de « tirer » (et non de « pousser ») son écriture en diminuant très nettement la torsion du poignet.
    Et je ne parle même pas des inepties qui consistent à affirmer que les gauchers ne supportent pas les cahiers à spirale. Si c’est le ca, ce n’est ni plus ni moins que les droitiers, voire peut-être moins. Un gaucher n’a aucun mal à écrire sur une page de gauche, comme un droitier sur une page de droite. Et si un gaucher a du mal à écrire sur une page de droite, un droite a les même problème pour écrire sur une page de gauche. Et l’avantage d’un gaucher qui tord le poignet est que sur la moitié supérieure de la page, la position haute du poignet fait qu’il ne rencontre pas la spirale gênante.
    Quant à recommander un bloc à spirale, c’est le sommet de la bêtise. Un gaucher qui tord le poignet aura constamment son poignet sur la spirale, au moins dans la moitié supérieure de la page. Le « cahier » à spirale réellement pratique pour un gaucher serait un bloc où la spirale est en bas, car dans ce cas, on ne rencontre jamais cette spirale avec sa main de gaucher. Il y a d’ailleurs une société au Mexique qui commercialise de tels blocs. Là au moins, on sait que cela a été conçu avec empathie par et pour des gauchers.
    Gaucher depuis 51 ans, finalement, mon seul problème de gaucher c’est d’avoir beaucoup moins de choix en guitares et de les payer nettement plus cher. Mais je sors du sujet.
    Avis aux droitiers : si vous voulez rendre service aux gauchers, évitez de penser comme un droitier. Merci d’avance.

  8. moi je suis gauchère et je suis la seule dans toute ma famille.Les gens vont même dire que j’ai une malédiction car je suis un peu maladroite.

  9. Je suis gaucher, ceci dit, on a essayé de me faire changer de latéralité à 5 ans mais cela a été sans succès.
    Héritage? je fais presque tout de la main droite, je regarde avec l’œil droit dans les appareils photo et autres. Je joue au billard comme les droitiers, si j’ai un enfant gaucher je ne vais pas essayer de le faire changer. C’est sa vie après tout. Si un garçon ou une fille est gaucher il n’est pas différent des autres enfants alors laissez les gauchers tranquilles. Nous sommes cinq gauchers dans ma famille pour autant que je sache. Ne stigmatisez pas un enfant parce
    qu’ il a une autre latéralité, vous en ferez un névrosé point barre.

Laisser un commentaire