Le gaucher et l’architecture

0

Dans cette chronique nous allons mettre en avant une figure de l’architecture contemporaine : le gaucher Norman Foster. Couvert de prix internationaux (plus de trois cents), vainqueur d’une soixantaine de prix nationaux, anobli en 1990 par la reine d’Angleterre, il est aujourd’hui à la tête d’un cabinet qui comprend cinq cents collaborateurs répartis dans le monde.

Né en 1935 à Manchester, Norman Foster s’est fait tout seul. Il a commencé à travailler dès l’âge de 16 ans pour financer ses études qu’il a brillamment achevées à Yale, aux États-Unis.

Ancien disciple et assistant de Buckminster Füller, il fut un des pionniers de l’architecture high-tech et il continue d’être l’un des plus pointus dans ce domaine. Il est connu pour sa maîtrise du verre et de l’acier et pour sa capacité à gérer des projets techniques complexes, comme des ponts ou des tours de très grande hauteur.

En France, Norman Foster a réalisé plusieurs projets dont le « Carré d’art de Nîmes » en 1993 (musée d’art contemporain) et le « Viaduc de Millau » en 2003, prouesse technologique que l’on peut considérer comme une « œuvre d’art ».

On peut donc imaginer que les gauchers ont de grandes chances de se distinguer dans ce domaine. Rappelons que l’inventeur du Rubik’s cube Ernö Rubik était professeur d’architecture et que Léonard de Vinci est considéré comme l’architecte qui a imaginé l’escalier du château de Chambord.

Alain Galobardès

lesGauchers

Partager

Laisser un commentaire