Le 13 chance / malchance ?

1

Rappel : Un américain Dean R.Campbell, après avoir créé aux États-Unis en 1975 le premier syndicat de gauchers, décide en 1976 d’instaurer une “journée des gauchers”. Il choisit le 13 août qui coïncidait cette année-là avec un vendredi, considéré comme un jour de chance.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est remco-evenepoel-autographe.gif.Si je profite de ce 13 août pour vous informer que Remco Evenepoel* que l’on considère comme la future légende du cyclisme professionnel est gaucher, c’est aussi parce qu’il y a deux autres raisons de l’associer au chiffre 13.

Lisez d’abord ces quelques lignes extraites d’un article publié sur le site lesoir.be
13 juin 2019 une date qui pourrait marquer l’histoire. Evenepoel est-il le nouveau Merckx ? Toujours est-il que le crack de 19 ans a pris la tête du Tour de Belgique en s’imposant en solitaire… Remco Evenepoel portait ce jour-là le dossard 13, celui que les coureurs détestent et retournent à l’envers. Pas lui. Le phénomène qui a égayé les Mondiaux d’Innsbruck comme l’edelweiss sur sa plateforme escarpée a levé d’abord le bras gauche, ensuite les deux.

Donc, non seulement il a gagné sa première course professionnelle le 13 mais qui plus est en portant le dossard 13 sans l’avoir mis à l’envers !
En effet, porter le dossard 13 dans le peloton n’étant pas très apprécié une autorisation permet au coureur qui doit le porter de le mettre exceptionnellement à l’envers ou quand ils doivent en porter deux, un à l’endroit et l’autre à l’envers !

Conclusion : Déjà surnommé Le Phénomène / Le petit cannibale /  Le surdoué / Le nouveau Merckx ... on pourrait ajouter « l’Exorciseur » ! A moins de considérer une fois pour toute que le nombre 13 n’influence que notre état d’esprit : en bien pour les uns, en mal pour d’autres.

Alain Galobardès

*Pour en savoir plus sur Remco Evenepoel cliquez : ici

Partager

Un commentaire

  1. Généralement, les gens qui ont des troubles anxieux ou des phobies vont attacher une importance aux superstitions. Il y a ceux qui ne vont pas sortir de chez eux ce jour-la, par peur. Au contraire, d’autres vont se dire que c’est leur jour de chance, explique Sébastien Garnero.

Laisser un commentaire